Pierre Arbel dans L'Aide-Mémoire au théâtre Funambule à Nyon.

Pierre Arbel dans L'Aide-Mémoire au théâtre Funambule à Nyon.

Elsbeth Philip et Pierre Arbel dans l'Aide-Mémoire de Jean-Claude Carrière, mise en scène Marek Mogilewicz

Il y a quelques jours j'ai appris une bien triste nouvelle, comédien, chanteur, homme de spectacle, Pierre Arbel nous a quittés, comme on le dit avec pudeur. C'est notre destin de quitter ce monde pour effectuer un autre voyage vers le lointain paradis des artistes, mais quand c'est à 66 ans que la terrible maladie qui prend le dessus sur nous, alors cela parait toujours très injuste.

J'ai eu l'immense plaisir de connaître Pierre et l'honneur de mettre en scène la pièce de Jean-Claude Carrière "L'Aide-Mémoire". Quelle ironie du sort, c'est la terrible maladie d'Alzheimer qui a eu la mauvaise idée de s'immiscer dans sa vie.

Je garde un souvenir très ému de cet artiste et de notre travail très intense avec la complicité d'Elsbeth Philip, comme partenaire de Pierre et de Yann Poenset et Jean Natto pour la scénographie.

Pierre était toujours à la recherche de précision dans son jeu et perfection de chaque geste, chaque déplacement, chaque intonation.

Un soir, pour je ne sais pas quelle raison, Elsbeth a oublié de se lever et apporter la bouteille de champagne, comme c'était prévu dans ma mise en scène. Pierre était assis à côté d'elle sur le lit. Il la regardé avec intensité pour pouvoir dire sa réplique suivante, qui était en lien avec la bouteille. 10 secondes, 15, 20, c'est long au théâtre quand le texte s'arrête. Elsbeth a regardé Pierre avec une sorte de sourire aguicheur et... sans bouger depuis plus d'une minute. Pierre était troublé. Il tente d'improviser : "peut-être pourrions-nous boire un peu de champagne". Elsbeth continue de sourire. Pierre se lève et va chercher la bouteille à la place de sa partenaire. Son trouble était inhabituel, mais son jeu était merveilleux. Du fond de la salle, j'ai observé le comédien troublé par la situation, mais en train d'incarner le personnage avec une telle émotion que jamais ma mise en scène n'aurait fait mieux.

Nous avons beaucoup ri après cette représentation et ma seule indication était : ne change rien, continue comme aujourd'hui.

La grandeur d'un comédien se mesure souvent à sa capacité de dépasser les meilleures indications du metteur en scène.

Merci Pierre de m'avoir donné ces moments de pur bonheur remplis de ton talent.

 

Marek Mogilewicz

 

28 janvier 2013

Mis à jour (Jeudi, 31 Janvier 2013 09:38)